Occitanie : ce nouveau nom est une erreur

0
397

Donner un nom, c’est donner une identité. A la création d’un nouveau territoire, nommer celui-ci n’est pas une action anodine, c’est relever plusieurs défis. Le premier consiste à fédérer les habitants de cette nouvelle région, créer et renforcer une unité et un sentiment d’appartenance. Le second est de donner une visibilité, notamment géographique, à l’extérieur de ce territoire. C’est créer les fondations et se donner les outils nécessaires à la promotion de notre Région sur le territoire national mais aussi à l’international.

Or, comme nous l’avons déjà dénoncé, la dénomination de notre Région n’a pas été le fruit d’une réflexion pragmatique et ambitieuse, mais d’un marchandage politique entre Carole Delga et sa minorité verte à tendance rouge vif, aboutissant au choix d’Occitanie, satisfaisant ainsi les désirs de Gérard Onesta.

Scandalisés par ce procédé, à l’issue duquel bon nombre de citoyens et d’acteurs économiques ne se reconnaissent pas dans ce « choix », j’ai adressé, au nom des élus de la droite et du centre, un courrier au Premier ministre lui faisant part de notre insatisfaction vis-à-vis de ce nom, qui n’est pas encore définitif !

Je rappelle dans cette missive l’erreur historique et géographique que commet l’exécutif dans ce choix. L’Occitanie regroupe en réalité quatre régions françaises, ainsi qu’une partie de l’Espagne et de l’Italie.

Notre groupe avait proposé comme dénomination « Languedoc Roussillon Midi Pyrénées », parce qu’elle est l’émanation des régions d’origine et traduit la richesse de notre territoire.

Christophe RIVENQ
Président du groupe Union des Elus de la Droite et du Centre

La lettre envoyée au Premier Ministre

Courrier-nom-region