LGV Occitanie : Sacrifiée sur l’autel des compromis politiciens

286

COMMUNIQUE DE PRESSE

Le rapport Duron qui vient d’être présenté constitue en tout point un acte de compromis politicien : « on garde un projet par grande région, qu’on détricote pour en repousser l’entière réalisation » !

Quid de la vision d’avenir pour nos territoires ?

On a enterré ou presque tous les projets européens. La solution du corridor Sud était pourtant la solution idoine. Un projet par ailleurs pour lequel les Espagnols ont rempli leur part du contrat en se reliant à Perpignan.

Face à cela, ce rapport nous propose de s’arrêter au milieu du gué. Pourquoi Montpellier-Béziers ? Pourquoi pas Narbonne ou Sète ?

Allez savoir !

Il serait curieux qu’un président qui affirme être pro-européen valide cette feuille de route en l’état, laquelle sacrifie tous les projets de liaison avec l’Espagne (Bordeaux-Dax y compris).

D’autant que la raréfaction des moyens avancés comme principal argument à ces propositions, questionne sur l’opportunité de renoncer à la ligne Montpellier-Perpignan qui apparaît dans les projets LGV que l’Europe aurait pourtant largement soutenus.

Allez comprendre !!!

Quant à la martingale qui consiste à scinder le projet de ligne Bordeaux-Toulouse, en ne finançant, à ce stade, que le traitement des nœuds… elle ne fait pas illusion.

En résumé:

Montpellier-Perpignan c’est une greffe partielle.

Pour Bordeaux-Toulouse c’est un coma artificiel.

Christophe RIVENQ et les Elus de la Droite et du Centre appellent à la raison le Président de la République, lequel devra prendre ses responsabilités et faire des choix pour démontrer qu’il sait agir dans le sens de l’Histoire avec un grand H.