Intervention de Christophe RIVENQ, dans le débat des orientations budgétaires 2017 – Assemblée Plénière du lundi 28 novembre 2016

578

Assemblée Plénière du lundi 28 novembre 2016 – DOB 2017

Intervention de Christophe RIVENQ, Président du Groupe UEDC

 

Madame la Présidente, mes chers Collègues,

Dans quelques jours, nous allons fêter le 1er anniversaire de la mise en place de notre nouvelle grande Région, désormais baptisée, région Occitanie. Fêter un premier anniversaire est généralement un moment de joie ou de recueillement, un moment ou l’on se regroupe pour faire la fête ou pour commémorer, se souvenir pour ne pas oublier, un moment aussi où l’on se retourne pour faire le bilan de l’année écoulée et surtout un moment où l’on dresse des perspectives pour les années à venir.

Force est de constater qu’aujourd’hui, à quelques jours de ce premier anniversaire, l’humeur n’est pas à la fête. Et pour cause, l’année écoulée ne restera pas dans les annales comme une année fondatrice, j’y reviendrai. Pire encore, les orientations budgétaires que vous nous proposez ne prêtent guère à l’optimisme quant à l’avenir de notre Région, et au rôle que notre collectivité jouera, ou plutôt ne jouera pas, dans son développement et son aménagement.

Pour bâtir un avenir solide et enthousiasmant, encore faut-il y travailler, collectivement. Les débats, les idées, les débats d’idées… tout le monde doit pouvoir prendre sa place dans la définition d’un projet ambitieux pour notre Région. Or chaque mois qui passe est l’occasion pour vous de scléroser un peu plus le débat. En durcissant sans cesse le Règlement Intérieur de notre Assemblée, vous semblez vouloir toujours plus museler vos opposants. Désormais c’est une semaine avant nos réunions que tout doit être arrêté. Je vous le dis à nouveau Madame la Présidente, cela n’est pas acceptable.

Comme nous venons de le voir en ouverture de cette séance, nous n’avons désormais plus le droit de nous exprimer, on ne retrouve cela nul part ailleurs.

Sur une dizaine d’heures que durera cette session, nous n’aurons que 35 minutes de parole sur des dossiers importants pour l’avenir de notre territoire, soit moins de 5% du temps alloué. On n’est plus très loin d’un fonctionnement autocratique.

Permettez-moi de vous le dire ce matin, Madame la Présidente, cela n’est pas acceptable. Le fonctionnement démocratique et transparent de notre institution est confisqué. En un an près de 94% des délibérations prises (1312 sur 1400), l’ont été par à peine le tiers des Conseillers Régionaux, dans le secret de la Commission permanente, en l’absence de la presse et de nos concitoyens. Est-ce normal ? Aucune autre Région de France n’est sur un tel mode de fonctionnement.

Après le simulacre de la détermination du nom de notre Région, choisi par moins de 2% de nos concitoyens dans le cadre d’un procédé critiquable et sans débat dans cet hémicycle ; après la création de l’Assemblée des Territoires dans laquelle aucun des représentants de l’opposition ne siège ; après les États Généraux du rail, qui ont, d’après vos chiffres, mobilisé à peine 4000 personnes sur les 5,6 Millions d’habitants que compte notre Région, et dont vous annoncerez les résultats le 14 décembre ailleurs que devant cette Assemblée.

Avec vous c’est le règne des minorités agissantes, gesticulantes.

Que nous réservez-vous désormais? Que nous réservent enfin vos annonces récentes sur les gares de la Mogère et de Manduel, sur la LGV Montpellier Perpignan ? Nous avons le droit de le savoir !

Pourquoi tant de mépris pour les élus que nous sommes Madame la Présidente ?

De quoi avez-vous peur ?

Ou plutôt de qui avez-vous peur ?

Je n’ose croire que tout cela provient des difficultés que vous rencontrez au sein de votre majorité, ou l’on s’aperçoit que Commission après commission vos désaccords sont nombreux sur des dossiers majeurs.

Comment préparer sereinement l’avenir de notre belle et grande Région face aux défis très importants qui se dressent devant nous, en occultant les vrais débats. Qu’il s’agisse des Transports et de l’arrivée de la Grande vitesse, qu’il s’agisse du développement économique et l’adoption du Schéma, de la formation Professionnelle dont nous avons compétence, de l’agriculture et de la viticulture, de l’avenir de notre littoral, de nos routes, du Haut débit, de nos Lycées, du tourisme, nous n’en parlons pas. Et le débat d’Orientation Budgétaire de ce jour qui montre bien les difficultés financières qui nous attendent dans les prochaines années, n’est pas à la hauteur des enjeux qu’il nous appartiendrait pourtant de relever.

Ce n’est donc pas d’un joyeux anniversaire qu’il s’agit aujourd’hui. Non !

Alors Madame la Présidente, comme j’ai déjà eu l’occasion de l’exprimer ici même il y a quelques mois, notre ambition à nous les élus de la droite et du Centre est de rester constructif pour préparer l’avenir et réussir à construire ce nouveau territoire.

C’est pourquoi je vous le dis solennellement ; il est temps de construire ensemble les bases d’un véritable fonctionnement démocratique de notre Assemblée, en revoyant de fond en comble les modalités d’exercice de notre mandat, déjà lors des assemblées plénières. Les Habitants et acteurs de notre région nous regardent et attendent de nous transparence et dignité.

Ne leur donnons pas ce spectacle d’une parodie de démocratie. Une démocratie dont beaucoup dans vos rangs se réclament et pourtant, en cautionnant votre mode de fonctionnement, en validant le règlement intérieur de notre assemblée, ne la respectent pas. De grâce Madame la Présidente, osez mettre un terme à cette situation… Osez préférer au compromis politicien, le bon sens républicain.

Il en va de la préservation de notre crédibilité.

Je vous remercie.